des aneries

des aneries

par Ettougourti Mohamed Ali

ce qui s’est passé hier à l’assemblée des representants du peuple est un coup dur pour la jeune expérience tunisienne.

j’ai évité de parler de « jeune démocratie » tunisienne selon la formule bien en vogue, parce que l’on ne sait pas au juste quelle expérience nous vivons actuellement , comment qualifier l’époque que nous vivons, drôle d’époque !

Un ami de longue date , illustre avocat et fin juriste, a qualifié la jeune expérience tunisienne de.. « démocratie d’équidés ».

les equidés sont une famille de mamiféres qui se compose de trois groupes d’animaux : les zébres, les ânes et les chevaux..

Pour notre ami dans une démocratie d’équidés , parmi les équidés les ânes étant les plus nombreux, sont logiquement, démocratiquement, élus pour diriger le pays.

une démocratie d’équidés est donc tout simplement une démocratie où les ânes, élus démocratiquement, sont aux commandes.

Personnellement je n’ai rien contre les ânes.

Mais ce n’est pas de l’avis géneral. Bien « d’aneries » sont contées à propos des ânes : l’âne est têtu, ignare, lent, méchant..

des maximes et des proverbes sont venus renforcer cette impression générale, dominante : « faire l’âne pour avoir du son » , « prés de l’âne l’on attrappe des coups de pieds »..

Pourtant l’âne est un animal rustique et sobre toujours prêt à tout faire. il est calme , attentif et capable de beaucoup d’endurance.

la vie d’un âne est une vie difficile trop de misère pour un peu de son: les grains sont chers pour les donner à un âne.

décrit ainsi l’image de l’âne se rapproche plutôt de celle des électeurs, du bon peuple, que de celle de leurs élus.

Car nos élus n’ont rien d’un âne, ils se la coulent douce. les portions de grains sont sans cesse revues à la hausse, des avantages en toute nature, quant à leur quotidien il est loin d’être fait de dur labeur et de grands efforts..

Mais nos élus partagent avec l’âne son entêtement et son endurance… pour défendre ses privilèges.

les connaisseurs parlent de l’âne comme étant un animal « féroce » si des ânesses sont dans les environs.


les bagarres entre ânes peuvent être mortelles. Un entier, entendez par là un âne non castré, un entier donc mal éduqué peut assimiler un homme à un âne rival et devenir ainsi agressif et très dangereux.

Pour revenir à l’ARP et à l’amendement de la loi électorale quelques semaines avant la date des élections, l’on peut se demander si dans notre république d’équidés , nos élus n’ont pas eu la réaction d’un âne en chaleur..les postes à briguer faisant office de belles ânesses à conquérir ?

Sinon comment justifier cet empressement pour changer les règles du jeu à quelques semaines du lancement de la partie ? alors que les dés sont jetés et que rien ne va plus… pour emprunter une expression aux croupiers du casino ?

il aurait suffit d’un « sondage d’opinion » de crédibilité douteuse pour semer la panique dans l’asinerie ( Ferme consacrée à l’élevage des ânes. ).

Nos élus se sont-ils mépris sur leurs rivaux ? tels les ânes en chaleur assimilant des hommes à des ânes rivaux ils ont tout simplement assimilés à leur tour des ânes à des hommes rivaux ?

quelle qu’en soit la réponse notre démocratie d’équidés en souffrira pour bien longtemps encore, nos élus se sont cabrés, ont tapé, se sont zebrés pour rien..ou presque.

Car le mal est ailleurs. combattre la corruption, jouer la transparence et surtout appliquer la loi dans toute sa rigueur à tous: Anes, zébres, chevaux, sans distinction.

Pourquoi faut-il voter une loi dans une affaire qui est du ressort de la justice et du parquet ? Recourir à la loi pour évincer des rivaux politiques est symptomatique d’une dictature qui ne dit pas son nom.

quant à moi le jour des élections j’ai prévu de rester dans mon asinerie , manger ma portion de son et faire mes corvées du jour sans me soucier outre mesure de ce qui se passe autour de moi.

Vous vous en doutiez que depuis hier je ne me reconnais plus désormais comme un âne entier.