ils feront long feu

Ils feront long feu

par Ettougourti Mohamed Ali
Contact

Article lu [post_views] fois au total


Le 2 décembre 1851 louis Napoléon 
Bonaparte, refuse de céder le pouvoir, alors que la constitution Lui interdit de se représenter. 

 Le matin  il dissout l’assemblée, rétablit le suffrage universel masculin.

 Ce coup d’état  lui permis  de neutraliser Le parti de l’ordre majoritaire au parlement. Le soulèvement  populaire qui s’en suivait, surtout dans les zones rurales, fut écrasé par l’armée.

Bilan : des centaines de morts et des dizaines de milliers de personnes arrêtés et inculpées.

Une des multiples "leçons de démocratie", soit dite  en passant, qui nous vient de nos « maitres à penser ».

Napoléon s’est justifié par cette formule restée célèbre « je ne suis sorti de la légalité que pour Rentrer dans le droit ».

 le  droit dont il s’agit est le droit naturel éternel,  fondamentalement  juste,  Là où les droits positifs, « légalité » ,  sont multiples et changeants.

 Malheureusement,  notre pays est sorti  à la  suite  les dernières  élections  du Droit, pour rentrer dans la Légalité  ,  simple jeu de  textes de lois , fruit  de  manipulations  de l’électorat  et d’une propagande bien ciblée.

Cette légalité ne peut pas à elle seule asseoir la légitimité du pouvoir "de la future
 majorité triomphante".

l'on craint donc des soubresauts, des révoltes, et des séditions  quasi inévitables pour le pays.

 On peut aussi craindre de voir des corps constitués,  armée et Police, "servir" la nouvelle  « légalité » au risque de voir ces propres forces voler en éclats, et
 récidiver du coup dans la répression et la dictature.

La responsabilité des tunisiens, toutes tendances  confondues, est de combattre cette légalité de Façade qui assure l’impunité aux criminels  pilleurs  de biens publics, tueurs  et tortionnaires des innocents.

Pour ceux qui se sont alliés au diable pour échapper à l’emprise du parti de dieu qu’ils méditent cette citation du même Napoléon III : « nulle société ne peut exister sans morale. Il n’y a pas de bonne morale sans religion, il n’y a donc que la religion qui donne à l’Etat un appui ferme et durable ».

Et aussi cette citation de Malraux  "on ne fait pas de politique avec de la morale, on n’en fait pas davantage sans".

 le nouveau régime fera long feu.